samedi 9 janvier 2010

Branches blanches, feuilles blanches

Cette feuille-ci n’est déjà plus blanche puisque je vous écris, les branches à nos fenêtres, elles, le restent (photo ci-contre : vue de notre balcon). Nos arbres ne ploient pas, ils tendent leurs bois pour accueillir les flocons lumineux. Au retour d’un Montréal gris hier, j’ai été surprise et me suis dit, on dirait deux pays éloigné, pourtant à une heure et demie de route.

Mais tout ça ne dit pas où en suis-je dans mes lectures. C’est que je vois bien que je suis au ralenti dans l’envoi de mes billets. Suis-je suspendue sur une branche comme un motton de neige gelée ? Non, c’est presque le contraire, je bouge beaucoup en corps et en esprit, butine des lignes ici et là (des albums BD, des livres pour enfants), ce qui fait que ma lecture principale avance lentement. Je suis en ce moment avec « Les murs » d’Olivia Tapiero, jeune auteure de 19 ans. Il y a de ces lectures qui ne s’avalent pas goulûment, surtout si elles traitent de l’anorexie. Vous en saurez plus long bientôt puisque ce Prix Robert Cliche 2009 est la vedette du mois - La Recrue.

Je ne vous parle pas de La Recrue bien, bien souvent. Et pourtant, elle ne tourne pas toute seule cette vitrine pour les premières œuvres fictives québécoises, d’innombrables consultations et discussions ont cours par courriels entre la dizaine de rédacteurs que nous sommes. Pourtant, certains rédacteurs ne se sont jamais rencontrés en chair et en os (Anick habite la Gaspésie, Caroline, Paris !), bientôt une réunion aura cours et cette situation changera pour certains. Si vous n’avez jamais été vérifié comment nous fonctionnons, je le jette tout cuit dans votre bec d’oiseau curieux puisqu'après deux années et quart d’existence, ce mois-ci, le bulletin de L’UNEQ (Journal de l’union des écrivaines et des écrivains québécois) parle de nous par la bouche d’un des rédacteurs, Philippe :

" La Recrue Du Mois, c’est une équipe de dix personnes bénévoles qui ont toutes un intérêt marqué pour la littérature et en particulier pour la relève littéraire québécoise. Nous choisissons chaque mois de mettre en avant un auteur et sa première œuvre de fiction (roman ou recueil de nouvelles). Nous votons parmi les publications récentes et la recrue du mois bénéficie d’une visibilité sur notre site pendant un mois. Nous mettons des liens vers les commentaires et critiques déjà parus. Nous publions un questionnaire auquel l’auteur-e a accepté de répondre. Nous avons parfois la possibilité de réaliser une entrevue avec l’auteur-e. Enfin, le 15 de chaque mois, chaque membre de notre équipe publie un commentaire sur le livre en question. Nous avons aussi une catégorie que nous appelons le repêchage. Il se peut que certains livres ne rallient pas les suffrages de la majorité de l’équipe. Dans ce cas, les personnes intéressées peuvent tout de même lire et commenter le livre en question. Donc, même si un auteur ne bénéficie pas du statut de recrue, il peut avoir une certaine visibilité via le repêchage. "

Isabelle Gaumont, responsable de l’article a demandé à Philippe ce qui l’avait incité à participer : « J’ai récemment découvert la littérature québécoise (je suis un immigrant français) et elle compte énormément de talents. C’est pourquoi j’ai eu envie de contribuer à ma manière à la relève littéraire en apportant mon regard sur de nouveaux auteurs. Et je dois dire que je ne suis pas déçu, le niveau des livres que j’ai lus dans le cadre de la Recrue Du Mois est très bon. »
====
C'est une mozaille de bonne habitude à prendre de suivre le site de La Recrue du mois, et pas seulement le 15, aussi pour ces diverses catégories :

  • Commentaires de lecture - Repêchage
  • Les entrevues
  • Les médias en parlent
  • Notre site fait parler de lui
  • Nouvelles et Actualités
  • Sur les autres blogues.

Bon, je retourne à ma lecture, Les Murs, que j’achève, et ensuite ce sera le difficile et excitant choix de l’heureux élu parmi la trentaine d'impatients romans québécois qui poireautent sur une tablette de moins en moins planche !

12 commentaires:

Caro[line] a dit...

Je vais justement commencer la lecture des Murs aujourd'hui même ! Et j'espère que Marsi et toi viendrez à Paris cette année. :-)

helenablue a dit...

Je l'espère aussi...
:-)

Ginette a dit...

Vivre à la campagne
on aimerait bien certains jours
pour aimer mieux l'hiver.

Venise a dit...

Caro(line) : Si je me fie à moi, il a beau être mince, il est difficile à lire rapidement.

J'espère que la conjoncture va s'y prêter, on en rêve !

Venise a dit...

helenablue : On finit par se demander qui se déplacer avant qui. Un délicieux suspense :-)

Venise a dit...

@ Ginette : L'hiver apparait plus aimable à la campagne, c'est un fait. La nature a plus de place pour accueillir la nature ...

Ginette a dit...

Et le sentier à proximité...

helenablue a dit...

:-)

J F F GrandsLieux a dit...

Dieu que vous vivez près des arbres !
je viens en passant par Maxime...
Votre pseudo est magnifique.
J'espère que vous aimerez mon blog. Il parle de folies plus au sud de votre continent...

Venise a dit...

J F F Grandslieux : Je viens juste de vous lire chez Maxime et je vois que vous ne vous laissez point perdre par la passion :-). J'ai bien aimé votre commentaire.

Par contre, mon prénom n'est pas un pseudo, ma mère, Jeanne, a eu l'originalité de me le donner et il y a même une histoire qui y est attachée.

ClaudeL a dit...

Et l'avez-vous déjà raconté cette histoire de prénom? Si oui, où; si non, quand?

Venise a dit...

ClaudeL : À ce sujet, je vous réserve une petite surprise demain : foi de Venise.