mardi 16 novembre 2010

Éteignez, il n'y a plus personne - Louise Lacasse (Prix Robert-Cliche)

Ne serait-ce qu'en lisant les phrases hameçon (theaser), se réalise aussitôt la divergence des opinions des cinq rédacteurs ce mois-ci :

Quand un roman vous donne envie d’éteindre votre lampe de chevet et d’échanger la lecture pour votre oreiller.
Maxime Jobin

Louise Lacasse propose un récit dynamique et plein d’humour. Cette histoire aux multiples personnages mêle des trajectoires individuelles et le portrait d’une région désertée par ses habitants.
Philippe Guillaume

Un premier roman qui a du potentiel… mais qui s’éparpille.
Mylène Durand

Une langue truculente qui ne réussit pas à sauver ce premier roman
Lucie Renaud

J’aime être déroutée, surtout quand c’est bien fait, j’entends par là avec un naturel où l’on ne soupçonne pas le « faire exprès ».
Venise Landry


Roman déroutant

Au départ, j’ai eu à m’habituer à cet humour subtil, d’une ironie pince-sans-rire. L’emploi sporadique du « nous » est un peu surprenant mais a créé une complicité avec le lecteur qui l’a emportée sur l’incongruité, qui allait dans le même sens que le style inclassable et, en cela, original.

Le regard de l’auteure sur le monde n’est pas accoutumé, en tout cas moi, je n’ai pas vu si souvent des mères avoir si peu d’instinct maternel, une femme de facteur si engagé, des fils en – Ric, Éric, Ulric, Bénédic – se ressembler tant et s’éloigner autant, une étudiante aussi impliquée que détachée. Sans tout énumérer, il y a matière à être déconcerté, ce que j’ai accepté de bon gré, vu l’aisance avec laquelle le tableau est présenté.

J’ai cru repérer chez Louise Lacasse une réelle faculté à donner pleine liberté à la fantaisie qui l’habite, congédiant un rationnel qui peut être inhibant. Un lecteur qui se mettrait en tête de passer à la loupe les incongruités pour évaluer le degré de plausibilité des situations pourrait en trouver, mais à mon avis, il se priverait surtout du plaisir d’être mené hors du sentier trop foulé des clichés.

Une auteure que je vais suivre, assurément.

12 commentaires:

Ginette a dit...

Surprise!

Étant donné les opinions partagés, je n'avais pas envie de lire.

Maintenant, je dis peut-être.

Suzanne a dit...

Je l'attends... Il arrive bientôt et j'avoue que j'ai bien hâte de le «découvrir» à mon tour.

anne des ocreries a dit...

Grrrrrr.....frustration ! :)

Venise a dit...

Ginette : En tout cas, à la Recrue, sur cinq avis, le mien est le plus emballé. Philippe Guillaume a aussi aimé.

Comme de raison, j'ai été surprise de lire la divergence d'opinions puisque, comme vous, c'est le 15 du mois que je les lie pour la première fois. On a pris l'option de ne pas discuter avant la publication.

Venise a dit...

Eh bien, Suzanne, j'avoue être plus intriguée que jamais vu la divergence d'opinions. Je suis très contente que tu le lises.

Venise a dit...

Anne : Il te faudrait une bibliothèque de livres québécois à la portée de la main. Si j'étais un génie dans une bouteille, je te la ferai apparaître. Avec une abondance d'albums très colorés et des bandes dessinées aussi. Quelque chose de très bien garnie.

Phil a dit...

Pour Anne : le livre est disponible en version électronique (epub) sur www.jelis.ca si jamais ça vous permet de le lire.

ClaudeL a dit...

Pas beaucoup de raisons d'avoir le goût de rentrer, mais j'ai tout de même hâte de te lire plus régulièrement...

ClaudeL a dit...

Pas beaucoup de raisons d'avoir le goût de rentrer, mais j'ai tout de même hâte de te lire plus régulièrement...

anne des ocreries a dit...

AAAAAAH ! oui, j'aimerais ça ! on devrait travailler sur le sujet de la téléportation....☺

anne des ocreries a dit...
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
anne des ocreries a dit...

Oh, merci, Phil ! c'est bien aimable à vous !

(je m'étais emmêlée dans mon clavier)