mardi 10 juillet 2012

Vertigineux VRAC

Pas n'importe qui
Guy Delisle est au Québec (Chroniques de Jérusalem, Chroniques Birmanes, Pyongyang). Vous voulez le rencontrer ? Il s’offre à vous, derrière sa table de dessin (croyez-moi, toute table se transforme en table à dessin pour un bédéiste !) à la librairie Planète BD, samedi le 21 juillet à partir de 14 h 00 à .... Le ...  j’imagine que ça dépend de la file de fans !

S'il vous plait .... pas devant un écrivain !
Difficile à croire que ces phrases-là ont déjà été dites ou écrites ! Et pourtant, en me fiant à quelques exemple, avec mon Marsi, admettons que je suis obligé de le croire !

Un concours attrayant
Québec-Amérique est généreux avec ses lecteurs et lectrices avec une idée qui sent bon l’été. Passez par ici, cliquez « j’aime » (sur facebook), donnez votre nom et adresse courriel, prenez une photo de vous lisant un livre de Québec-Amérique, la partagez-la sur le mur (ou babillard) de Québec-Amérique et vous pourriez gagnez :

---l’ensemble des titres Québec Amérique de l’automne 2012, dédicacés par leur auteur. --- Pas mal, n’est-ce pas ?

Qui l’a lu ? Pas moi.   

"Le 21 mai dernier, dans le cadre de la Journée nationale des Patriotes, le Grand Prix littéraire de La Presse Québécoise a été attribué à Micheline Lachance sous la présidence d’honneur de Monsieur Jacques-Yvan Morin, ancien ministre du Cabinet Lévesque. Le Roman de Julie Papineau raconte une page de notre histoire, à travers les yeux d’une femme animée de passions amoureuse et politique étonnamment modernes".

Je ne l’ai pas lu, mais je devrais, il me semble. J’aime de plus en plus les romans historiques, même si l’expression à leurs sujets me fait bien rire: une page de notre histoire, quand ce sont souvent les romans qui ont le plus de pages !

Deux rééditions chez Alto
Les larmes de saint Laurent, deuxième roman de Dominique Fortier (Du bon usage des étoiles, La porte du ciel) est disponible en librairie depuis le 12 juin dans la collection Coda.
Parapluies, deuxième roman de Christine Eddie (Les Carnets de Douglas) également et cela depuis le 23 mai, toujours dans la collection Coda.

Je le mentionne d’autant plus que cette collection est plus économique (16.95 $ et 14.95 $), et tout aussi belle.

Où en suis-je ?
(en autant que je n’en suis pas au Qui suis-je ou Où suis-je ?) - En plus d’avoir terminé les trois romans apparaissant dans la bretelle de droite, j’ai également terminé :

Yukonnaise de Mylène Gilbert Dumas
Tous les corps naissent étrangers, Hugo Léger
Dragonville – tome 2 « Encre » de Michèle Plomer se termine ce soir.

Six commentaires à venir ! Je gagne un peu plus de temps à chaque jour, alors ça devrait sortir.

Blogger m’incite à changer l’apparence du blogue, car incessamment, ce sera obligatoire (encore du temps à trouver, dans une boite de souliers peut-être !). Alors, attendez-vous un jour, en arrivant ici, à vous sentir un peu perdus, comme après un déménagement.  Mais dites-vous que les murs seront changés, mais pas celle qui écrit dessus.

*** Photo de Guy Delisle relevée sur le blogue Atelier des médias

11 commentaires:

anne des ocreries a dit...

Aaaah ! voici encore un vrac bien nourrissant, et bien rigolo aussi ( les phrases à ne pas dire à quelqu'un qui écrit, c'est à se tordre ! parce que...j'en ai déjà entendu certaines ! :D )

Bon, tu n'as plus qu'à t'atteler à tes nouveaux comptes-rendus !

PG Luneau a dit...

Bon courage avec tous tes comptes-rendus en retard!
Et de quoi il se mêle, ce Blogger?? Il est très bien comme il est, ton site! Foutaise que tous ces changements! (dixit le gars qui fait travailler le tien plus qu'il ne le devrait pour cause de changements!!) ;-)

Suzanne a dit...

« Le Roman de Julie Papineau» dans ma bibliothèque depuis fort longtemps (honte à moi car je ne l'ai pas encore lu)!
Fiou, courage gentille dame pour ces billets à venir et prends le temps qu'il te faut.
Tout comme PG Luneau, je m'interroge sur cette «obligation» de Blogger!!!
Grrr. Personnellement si mon hébergeur avait le nez un peu trop long dans le concept de mon blogue, je changerais illico de plate-forme.
Ok je file....

Pierre H.Charron a dit...

Hé! je regarde ca de plus près ce concours de Québec Amérique!

Pis..Look nouveau ou pas...Ma promenade virtuelle se fera toujours en passant par le Passe-Mot :)

Venise a dit...

@ Anne : C'est vrai que c'est d'autant plus rigolo que pas déconnecté de la réalité. Il doit y avoir une petite explosion dans la tête de chacun des écrivains qui entendent ces questions !

Venise a dit...

Pierre-Greg : Bais oui, toi, des changements imposés sous menace ! J'ai commencé un peu à tâter du terrain et j'avoue que c'est pas clair. J'aurais dont moi aussi besoin d'un Maxime !

Venise a dit...

Suzanne : Changer de plateforme n'est pas une mince affaire, surtout après moi-même avoir changer de plateforme de village à cité ! Un peu trop exigeant pour m'offrir un claquement de portes ! ;-)

Si Julie Papineau ne se retourne pas dans sa tombe, elle doit au moins de temps en temps se retourner sur ta tablette de bibliothèque.

Venise a dit...

Pierre H. Charron : C'est gentil tout plein de passer par le Passe-Mot, j'apprécie beaucoup. Surtout d'un homme occupé comme toi.

ClaudeL a dit...

Oui aux phrases qui font sauter les auteurs, je peux en témoigner.
Non au changement de plate-forme, pas de raison valable selon moi.
Non au concours Québec Amérique, je n'ai pas envie d'encourager un éditeur plus qu'un autre.
Oui je vais continuer à lire celle qui "écrit sur les murs" peu importe où sera le mur.

Suzanne a dit...

D'accord je comprends parfaitement et ne va pas croire que je t'incitais par mes mots à «claquer la porte». Mes mots n.étaient que pour te formuler mon désaccord face à cette drôle de demande!.
De toute manière, je suivrai toujours tes mots alors ;-)

Quant à Julie Papineau fiou, je vais faire en sorte d'éviter qu'elle ne se retourne et je vais lire son histoire très bientôt. (Enfin sirop!)

Arsenul a dit...

Le concours Québec Amérique c'est bon, je crois que je vais tenter ma chance!

En passant, j'ai un mal fou à prouver que je ne suis pas un robot, la typographie n'est pas facile! Pourtant, je ne suis vraiment pas un robot! Je le jure!