dimanche 17 juin 2007

Le film avant le roman


Combien de fois entendons-nous « Ce n'est pas aussi bon que le roman » ? Je dirais que c'est devenu une rengaine. Peut-être parce que c'est vrai. Et c'est tout à notre honneur, à nous lecteurs. Cela signifie que nous avons tous et chacun un imaginaire à la hauteur d'un film, de Claude Berri par exemple. C'est un exemple dans le vent (est-ce qu'elle se dit encore cette expression « être dans le vent » ?) puisque « Ensemble, c'est tout » est justement à l'affiche, signé Claude Berri, d'après le roman d'Anna Gavalda. Celle-ci s'est fait connaître avec son « Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part », recueil de nouvelles (1999), sa troisième oeuvre.

Je me compte parmi les heureuses qui n'avaient pas lu le roman. J'ai pu me repaître, savourer, me délecter de ce film tendre. Vraiment tendre. Une histoire d'amour à quatre personnes, âgées de 26 à 83 ans. C'est la Paulette qui a 83 ans. Elle est le deuxième prétexte à « rassemblement » des personnages, le premier étant l'entraide entre voisins d'un même immeuble. Le troisième, je ne le dis pas ... j'en dévoilerai trop. Retenez surtout que si vous avez un penchant pour les thèmes d'entraide, d'implication, d'engagement dans le sens large (inclus avec les mammy et les papy) eh bien, vous êtes à la bonne enseigne, sous le couvert du livre ou du film. L'éditeur a cette phrase savoureuse : « Leur histoire, c'est la théorie des dominos, mais à l'envers. Au lieu de se faire tomber, ils s'aident à se relever ». C'est pas joli ça ?! Et puis, Anna Gavalda qui, à la sortie du livre, avait terriblement peur de la critique a eu ce mot « Il est trop tendre pour être honnête ».

Mais évidemment, je vous conseille le film avant le roman. Sinon, c'est à vos risques et périls. Je me suis interrogé sur ces risques. Quelle est la raison de cette sempiternelle déception, à l'exception de ne pas correspondre à notre super imagerie de lecteurs ? Le temps. D'après moi, c'est une question de temps. J'ai vu, que dis-je, j'ai été ébloui par « Ensemble, c'est tout » pendant environ deux heures vendredi. J'ai regardé se transformer des personnages que la Vie avec un grand V a décidé de faire évoluer à la Vitesse grand V. Il leurs arrive plein de choses génératrices d'émotions. Et ce vent de changement leur pousse dans le dos pour les faire avancer. Et ils avancent, évoluent, en deux heures ! Tandis que le roman, lui, que l'on prend et reprend selon notre disponibilité se déroule sur un an de vie. Il est plus facile de sentir le temps passer. L'évolution des personnages devient plus probable et on entend moins les « Du bonbon, rafraîchissant, léger, amusant ... quoique peu vraisemblable ».

Le film doit jongler avec le temps, donner l'impression qu'il passe en évitant la technique du « Deux mois plus tard » un peu facile et qui peut même faire décrocher. C'est ma théorie mais j'aimerais bien vous entendre là-dessus. Premièrement, comment procédez-vous : film ou roman en premier ? Avez-vous déjà été cruellement déçu ? J'en ai une embêtante : est-ce que vous avez le goût de lire un roman, une fois que vous avez vu le film ? Je réalise en l'écrivant que c'est la plus importante celle-là. Parce que, exception faite d'Odette Toulemonde qui a été écrit APRÈS le film, c'est toujours l'inverse. Ce qui veut dire que l'on ne fait pas exprès de lire un roman avant le film puisque l'on NE SAIT pas qu'il va être mis en images.

Malgré la probable diversité des réponses, une constante s'impose ; le film pousse sur le roman et par le fait même propulse l'auteur sur la sellette. Ce « Ensemble, c'est tout » s'élèverait-il en une belle pile chez nos libraires si le film n'était pas présentement à l'affiche? On n'a qu'à penser à cette obscure nouvelle (ici, en tout cas) de Brokeback Mountain d'Annie Proulx, tout à coup parmi les meilleurs vendeurs, une fois que le septième art s'en est emparé.

La littérature et le cinéma ; une histoire d'entraide ! Il s'agit de se tenir ensemble, c'est tout !

Ensemble, c'est tout d'Anna Gavalda
J'ai lu – 573 p. 2005 – 17.95 $
Le Dilettante – 608 p. 2004 – 39.95 $

2 commentaires:

Carole a dit...

Bonjour Venise,

Je t'ai choisi pour jouer au jeu du chat, c'est par ici :
http://carolebeaudoin.net/?2007/06/19/686-le-jeu-du-chat
Miaouw !

Michel a dit...

Tagger, tu viens de te faire tagger

http://serialecteur.canalblog.com/archives/2007/06/19/5358735.html

Désolé je n'avais pas vu le message de Carole. Mais bienvenue dans notre petit monde. Miaouw !