mercredi 28 janvier 2009

Finalistes Prix des Libraires

Je l'attendais avec impatience cette nomination, sachant que le sort serait jeté à 10 h 00 ce matin pour 10 titres québécois, 5 se voyant éliminés, les 5 autres se voyant mis sur la sellette mais surtout bien en évidence sur les tablettes des librairies.

"C’est lors d’une conférence de presse ce matin, à la Grande Bibliothèque, que les libraires ont dévoilé les livres finalistes du Prix des libraires du Québec 2009. Ce concours annuel, organisé par l’Association des libraires du Québec (ALQ) pour la seizième année, présente deux catégories : Roman québécois et Roman hors Québec. Il se veut un hommage aux auteurs dont les oeuvres ont retenu l’attention des libraires au cours de l’année, tant par leur qualité littéraire que leur originalité. N’ayant pas pour critère lesmeilleures ventes en librairie, le Prix des libraires du Québec a pour mission de repérer de nouveaux talents et de souligner l’accomplissement d’auteurs établis".

Alors, voici sans plus tarder comme si nous y étions :

CATÉGORIE ROMAN QUÉBÉCOIS

Le ciel de Bay City
Catherine Mavrikakis
(Héliotrope)

Du bon usage des étoiles
Dominique Fortier
(Alto)

La machine à orgueil
Michel Vézina
(Québec Amérique)

Tout m'accuse
Véronique Marcotte
(Québec Amérique)

Zakuro
Aki Shimazaki
(Leméac/Acte Sud)


CATÉGORIE ROMAN HORS QUÉBEC

Là où les tigres sont chez eux
Jean-Marie Blas de Roblès
(Zulma)

La Route
Cormac Mc Carthy
(De L'Olivier)

Seul le Silence
R. J. Ellory
(Sonatine)

Syngué Sabour
Pierre de patience
Atiq Rahimi
(P.O.L.)

Toute la nuit avant nous
Marcus Malte
(Zulma)

====
Mes impressions ?

J'ai fait un gros "ouf !" rassurée pour Le bon usage des étoiles. Je pense que je l'aurais pas pris !

Même si je ne l'ai pas lu, j'avais juré (sans cracher) que Le Ciel de Bay City en serait. Il ne pouvait en être autrement d'après la réaction de la blogosphère. Je me retiens de ne pas le lire tout de suite, un peu comme on garde le chocolat sur le dessert quand on aime le chocolat. Mais j'ai hâte et je ne pense que je puisse avoir encore plus hâte.

Je suis très contente pour Tout m'accuse j'ai cru à tort que ce roman était passé inaperçu. Cette nomination est méritée.

Je ne voulais pas lire La machine à orgueil, je ne suis pas attirée et à peine si je sais pourquoi. Vais-je devoir m'y résoudre et avoir possiblement une surprise ? Comme j'ai le goût de lire les cinq pour mieux prédire, savourer (ou critiquer !) l'annonce finale le 11 mai, je n'ai presque plus le choix !

Et puis, Zakuro, trois fois que j'ai empêché ma main de l'apporter à la caisse. Je le regrette mais pas pour longtemps !

Pour le HORS QUÉBEC, j'ai évidemment peu à dire, étant donné mon peu de connaissance mais quand même, comme il faut une exception à toute règle, cela sera Syngué Sabour. Cette nomination n'y change rien, il est déjà inscrit sur ma liste. Ou même dans le ciel. D'ailleurs, helenablue en fait une belle critique, pour ne pas dire une ovation.

Un trois mois et demi d'expectative à se mêler et se démêler dans nos pronostics. À se compromettre, s'obstiner un peu pour, en bout de page, lire avec encore plus de motivation ... si c'est possible !

Qui commence ?

11 commentaires:

Inukshuk a dit...

C'est rare que je lis un livre pcq il est dans une liste en vue d'un prix. Même chose pour un livre finalement couronné d'un prix. Même chose pour le Goncourt (je me demande si j'en ai seulement lu un seul - sûrement pas Pélagie la Charette - les Acadiens j'ai vécu avec eux: ça vaut mille lectures et un million de prix).

Mais j'ai lu quelques Nobel tout de même.

Et je continue à lire Venise aussi. :rougi:

Blague à part, j'ai lu La Route de McCarthy mais comme je n'ai pas lu les autres, je ne peux comparer.

S'il y a un livre québécois qui me tente, c'est celui de Michel Vézina. Je connais le thème et je crois qu'il a pris une bonne approche. J'aime aussi bien le lire dans Ici Montréal.

Mais au-delà de toutes ces considérations, je dirais que je suis un lecteur intemporel. Je m'apprête à lire Orage d'acier d'Ernst Jünger et L'Éthique de Spinoza.

Et je viens de finir (enfin) Sous le volcan de Lowry...

Avez-vous une prescription pour moi, docteur? ;)

Venise a dit...

Inukshuk : La prescription m'a bien fait rigolé et j'en aurais peut-être besoin d'une puisque le seul qui t'attire est celui qui me laisse froide "La machine à orgueil". Que veux-tu dire : le lire dans le Ici Montréal, il est présenté en extraits dans ce journal ?
C'est vrai que tu sembles un lecteur intemporel, désolé aucune prescription pour une telle maladie, c'est incurable.

Inukshuk a dit...

Je voulais dire que je lis les chroniques de Michel Vézina assez régulièrement.

C'est un indice comme un autre de la qualité d'écriture d'une personne, à mon avis...

Suzanne a dit...

J'ai pris quelques notes mais j'avoue que je vais les lire non pas parce qu'ils sont en liste mais par intérêt, curiosité, envie de découvertes. Et j'ai ovationné très bruyamment le billet d'Hélenablue. (Ouf, heureusement que j'étais seule sinon on m'aurait prise pour une étrange personne).
Merci gentille dame.

Karine :) a dit...

J'en ai trois dans ma pile... et je ne connais pas du tout les autres! Je n'ai pas lu le Shimazaki mais comme j'ai tout aimé de ce que j'ai lu d'elle, je finirai certainement pas lire celui-là aussi! Je ne suis pas les prix littéraires avec attention mais celui-ci, comme il est chez nous, m'intéresse toujours un peu plus!

Venise a dit...

@ Suzanne : Et puis, tu lis tellement de titres que la loi des probabilités fait en sorte que Prix ou pas Prix, ta main les aurait soulevés du présentoir un jour ou l'autre !

Venise a dit...

@ Karine : Ah Karine, c'est très vilain d'attiser ma curiosité comme ça. Trois dans ta pile. Bien. Et moi, je suis supposée de deviner lesquels ?

Lacaravane a dit...

De mon côté, je suis très contente pour Véronique Marcotte, qui est une personne fascinante et une excellente écrivain (allez vous promener sur son blogue "urgentologue") et puis Mavrikakis, toujours, que je ne cesserai de lire tant qu'elle écrira!

Venise a dit...

La caravane : J'aime constater que les écrivaines se lisent entre elles.

Tu me fais réaliser qu'à un moment donné, je suivais leurs blogues respectifs et je les ai abandonnées. Tu me donnes le goût d'y revenir. Ah, quand la caravane passe, les changements suivent ...

réjean a dit...

À vue de nez, je dirais Mavrikakis et McCarthy. Ce sont mes prédictions.

Venise a dit...

@ Réjean : Je vais attendre de lire mon premier Mavrikakis avant de me prononcer parce que sinon, comme tout le monde s'y attends, je proclamerais tout de suite "Le bon usage des étoiles". Et pas seulement pour ma sensibilité à la cause des premiers romans, je l'ai vraiment beaucoup aimé.
Comme je lirai que Syngué Sabour, il sera donc mon pronostic.
Pas très rationnel tout ça !