jeudi 14 mai 2009

Vite et vrac

Le mot sans image aurait l’air piteux
Chez Chantal Guy ça discute bande annonces afin de faire vendre de la copie. Copie sous forme de roman, mettons. La discussion est intéressante, cependant le phénomène n’attendra pas notre avis pour s’étendre à grandeur planétaire. Je sens que l’utilisation de la bande annonce va se répandre à la vitesse du cent images vaut le million de mots. Si vous jetez un œil sur la discussion, vous pourrez jeter l’autre (œil) sur trois bandes annonces

Droit d’auteur sur le net
Cuneipage a titré son dernier billet « Copier c’est niais ». Le titre m’a attiré, il est incontournable, le propos encore plus. Là aussi, il y a matière à débat.

Aux amateurs de Tarmac, un cadeau
Nicolas Dickner fait un cadeau à ses lecteurs. Il nous laisse fureter à la source de Tarmac, ouvre l’utérus là où logeait deux textes précurseurs de la naissance. En direct de sa page web personnelle.

Pour un lecteur averti : tous les Prix
Une récente initiative de notre gouvernement « Bibliothèque et archives nationales » nous donne source et description de chacun des Prix littéraires au Québec. J’ai déjà une demi-heure de passé là et je vais y retourner aussitôt que possible.

Finissons en beauté
Littérature et beauté sont intimement mêlées. La littérature exprime la beauté. La beauté peut relever de la littérature. Les écrivains sont parfois laids ou beaux. Souvent justes invisibles ... (la suite chez Fluctuat.net)

Mesdames et monsieur, ça vous tente de rencontrer le 9ième plus bel écrivain de cette liste ? Après Lord Byron, Christopher Marlowe, Arthur Rimbaud, Jack Kerouac, Paul Laurence Dunbar, Bret Easton Ellis, Casanova, Francis Scott Fitzgerald, il y a Marc Lévy, Florian Zeller étant bon dernier.

Eh bien, ce Marc Lévy et son « joli minois » (c’est Le libraire qui l’a dit, pas moi !) vient vivre deux jours à Eastman. Pas chez moi, non, mais vraiment pas loin. Dans le cadre des Correspondances d’Eastman du 6 au 9 août. On est chanceux par ici ... hum ?

3 commentaires:

réjean a dit...

Bonjour Venise,
Je viens d'aller voir les fameuses bandes-annonces de roman. La première, Gone, est à mon avis trompeuse. Présenter un roman comme si c'était un film, c'est faux. La seconde, on ne voit que le livre sous tous ses angles : rien d'original mais rien de répréhensible non plus. La troisième est discutable : qu'y a-t-il d'intéressant à voir un ordi, une bouteille de vodka et quelques mots qui semblent suggérer un auteur (personnage?) en peine d'amour. En tout cas, ce n'est pas ça qui m'inciterait à acheter ces livres. Cela dit, tous les moyens sont bons pour promouvoir un livre, je crois, y compris le visuel. Mais il faut que ce soit fait avec goût.

Venise a dit...

Réjean, je m'y fait tranquillement à ces bandes annonces. J'aurais préféré que les autres moyens fonctionnent mieux j'avoue. Mais puisqu'il le faut ... je préfère cette solution à de moins en moins de personnes qui lisent.

Vous m'avez fait réaliser que c'est ce qui m'a un peu beaucoup dérangé, elles ne sont pas très chouettes, pas très accrocheuses.

Il y a moyen de bien faire pourtant. Si je pense à celle de Le froid modifie la trajectoire des poissons, en Catalan, je me réconcilie tout à fait.

Beo a dit...

Vous recevez vraiment de la belle visite à Eastman!!!!!