dimanche 3 juillet 2011

Sondons-nous

Aussitôt l’annonce de la disparition de Vous m’en lirez tant des ondes et de Six dans la cité, et son mince segment littéraire, l’alerte a été donnée dans le milieu, les écrivains et éditeurs se demandant : « mais où allons-nous pouvoir parler de nos livres !? ». Avec les réseaux sociaux, on s’entend parler, et ça tombe bien, l’union fait la force ! Deux groupes se sont rapidement formés sous des titres explicites : Pour une émission littéraire à Radio-Canada et Pour une émission littéraire à ARTV. Dans un premier temps, l’émotion prédominante des fils de discussion était la consternation, la suivant de près, une étincelle de rébellion "pas question de se laisser faire".

Et puis, hop, quelques semaines plus tard, Cyberpresse nous apprend qu’à l’automne, Marie-Louise Arsenault animera une émission littéraire quotidienne du lundi au jeudi, de 20h à 21h, à la Première Chaîne de Radio-Canada (RC). Cet été, elle dirige déjà On aura tout lu le dimanche de 14 à 16h.

Réactions : surprise et satisfaction, quatre heures par semaine à parler de littérature. Un soupçon d’inquiétude demeure à la fameuse question encore sans réponse "quelle forme va prendre ce quatre heures ? «Une heure éclatée qui intégrera club de lecture, débats et prestations en direct» c’est ce que nous en savons de la bouche même de son animatrice, Marie-Louise Arsenault.

Pour une émission littéraire à ARTV, ce groupe facebook attend des idées, tout en jonglant, j’imagine, avec celles qui sont déjà sur la table. Pour le moment, le plus heureux étant de savoir que ARTV a à cœur d’en mettre une à l’horaire.

Tout cela m’a fait penser à nos amis Français et tout de suite à Bernard Pivot. Comment a-t-il fait, lui, pour tenir la barre d’une émission littéraire aussi longtemps ? Quelle était sa formule magique ? Et parce que j’y pensais fort, j’ai déniché un article dans Le Nouvel Observateur, réalisant que dans l’Hexagone, on se pose les mêmes questions que nous :

La question revient au même rythme que les nouvelles formules: peut-on encore parler de littérature à la télévision?

On voyait bien que toutes les formules, même les plus étranges, avaient été essayées. Entre littérature et télévision, le lien ne se crée pas.


Et pourtant, il y eut Pivot. «Mais Pivot était un phénomène non reproductible, estime Patrick Tudoret, auteur de "L'Écrivain sacrifié.

« C'est à l'auteur de transmettre sa passion, pas au journaliste.»

«La critique s'adresse à des gens qui sont déjà des lecteurs. Avant d'y arriver, il faut passer par l'enthousiasme.»


« La manie du casting médiatique et la peur des invités bredouillants avaient déjà cours du temps de Bernard Pivot »


«Les chaînes considèrent qu'un programme qui réunit 500.000 personnes ne fait pas d'audience? Autant arrêter de parler de littérature.

À la suite de ma lecture de ces extraits, j’ai une grosse et bonne question pour vous :

Comment aimeriez-vous votre émission de littérature (à la télévision ou à la radio) ?

Lancez vos goûts, vos idées, même les plus folles ! Il sera toujours temps de couper la folie en quatre, à l'arrivée des contraintes de toutes sortes !

19 commentaires:

anne des ocreries a dit...

Heuuuu.....n'ayant pas la télévision et n'écoutant jamais la radio, je ne sais pas quoi répondre ? j'aime bien entendre un(e) auteur(e) nous parler de ses livres, et de l'acte d'écrire, comment ça oriente sa vie ; j'aimerais aussi en savoir plus sur l'actualité littéraire, quand et où se tiennent les salons, les ateliers d'écriture, les concours de ceci ou cela..... Donc, résumons : une partie entrevue, une partie informations.

anne des ocreries a dit...

Ah ! et qu'on nous présente un ouvrage, aussi !

Maxime a dit...

C'est évident qu'il est difficile de réinventer la roue pour ce genre d'émissions. Personnellement, j'aimais bien le concept de Six dans la cité. Je trouvais plus intéressant et dynamique d'entendre plusieurs lecteurs discuter de leur lecture d'une même oeuvre qu'un seul critique qui n'a pas à défendre son point de vue. J'aimerais retrouver cette idée dans cette nouvelle émission!

maxime9232 a dit...

Peut-être faire des tables rondes de plusieurs auteurs sur un même thème, un peu comme on voit dans les Salons du Livre. Oui pour de l'actualité littéraire québécoise, aussi.

Lyse Goyette a dit...

Moi j'aimerais bien une émission à la télévision.. J'aimerais entendre parler des livres qui sont intéressants à lire pour une débutante en lecture comme moi.. J'aimerais entendre parler de tous les genres de livres. Et entendre parler aussi des nouveautés .. En fait le genre d'émission avec de bons invités qui parlent de leur passion : la lecture .
Peut-être aussi une émission quiz sur la littérature .

Spirale a dit...

J'aime aussi beaucoup la formule de débat qui demande au critique de défendre son point de vue.
Sinon, je veux entendre parler de littérature jeunesse! Je veux des trucs pour faire découvrir la lecture, propager son plaisir, je veux de la diversité... En aurai-je?

Allie a dit...

J'aime beaucoup l'idée de thématiques en littérature. J'utilise beaucoup les thèmes tant sur mon blogue que dans mon travail à la bibliothèque. Il me semble que chaque émission avec une thématique différente permettrait de faire interagir toutes sortes d'auteurs, en plus de mettre en avant des livres qui ont été publiés il y a quelques années ou des petits oubliés.
Par contre, oubliez le concept ennuyant à mourir de mettre un animateur et un invité, assis sur une chaise, qui papote pendant 1h. C'est long et ça ne fait que poursuivre l'idée que la littérature est quelque chose d'ennuyant, réservé aux intellectuels. J'aimerais aussi une place spéciale aux genres moins mis en avant: la bande dessinée, le polar, le fantastique, la science-fiction, et la littérature jeunesse! Il s'y cache de talentueux auteurs et illustrateurs et on n'en parle jamais, nul part!

Venise a dit...

Anne : Je comprends de mieux en mieux pourquoi tu aimes les blogues parlant de littérature ! Merci d'avoir donné ton avis, je l'apprécie.

Suzanne a dit...

Comme Maxime j'aimais bien la formule de Six dans la cité. (Plusieurs points de vue sur une même oeuvre.) Par contre, j'aimerais aussi qu'on nous parle d'auteurs moins connus, que l'on diversifie un peu sans toujours parler des mêmes écrivains.

Venise a dit...

Maxime : Que j'aime l'idée de plusieurs regards sur la même oeuvre. À la Recrue, on en sait quelque chose, ça relativise beaucoup et donc ça situe mieux l'oeuvre aux yeux des potentiels lecteurs.

En plus, c'est dynamique, ce que j'ai eu l'occasion de constater au Club de lecture à Bazzo-TV. Par contre, on parle ici d'une douzaine de minutes aux 2 semaines, 7 mois par année.

J'adore ces démêlées entre les commentaires de lecture mais le hic était la brièveté. Comme ils couvraient 2 livres à 3 personnes dans un laps de 12 minutes, c'était extrêmement court. Trop.

Si cette option est adoptée, j'espère qu'il y aura un peu plus de temps. Voilà.

Venise a dit...

Maxime9232 : En deux heures, j'ose espérer que tes désirs seront hautement satisfaits et même plus encore !

Et pourquoi ne pas inviter des jeunes passionnés comme toi qui ont participé aux étapes pour décerner le Prix des Collégiens ! ;-)

Venise a dit...

Euh... Je fais un petit rewind. Et bien sûr, comme Maxime (Jobin) qui a également été membre du jury du prix des Collégiens et qui participe à part entière au webzine La Recrue !
www.larecrue.net (Publicité, gracieuseté Venise).

Quant à moi, j'adorerais que l'on fasse une place aux jeunes.

Maxime a dit...

Haha, ne t'en fais pas Venise, je ne m'étais pas senti exclu. :-P

Venise a dit...

Lyse Goyette : Eh bien, moi aussi, j'ai une préférence pour la télévision, surtout pour les discussions entre plusieurs visions d'un livre, comme à BazzoTV. Je scrute les visages avec un oeil de détective en alerte. Je suis une grande consommatrice de malaise à la télévision ! Et d'enthousiasme dans les yeux qui pétillent !

Un quiz de littérature, je trouverais ça pas mal du tout. Je me suis demandé, par exemple pour Les squelettes dans le placard, pourquoi on n'y invite jamais d'écrivains. Pourquoi hein ? Je me le demande.

Venise a dit...

@ Spirale : Finalement ce qui semble ressortir est que tous nous sommes lasses de la formule un critique qui se prend pour le dieu vérité. On en veut plus de ça !

Et un gros OUI pour la littérature jeunesse ! C'est extrêmement important et plaisant. En plus, il y a deux arts sous chaque couverture, puisque le jeunesse est généralement illustré.

Venise a dit...

Oh, Allie, que j'aime tes idées ! Oui, les thématiques, je n'y avais pas pensé. Le fait que ça ouvre pas seulement les nouveautés, c'est à mon avis très très intéressant. Contourner un peu les nouveautés de temps en temps, comme on a tendance à le faire à cause d'une certaine pression des maisons d'éditions semble aller de soi, ce n'est que la surface de notre littérature.

Pour arriver à mettre du dynamisme, il faudra beaucoup de diversité. Surtout pas s'arrêter une heure de temps à la même activité. S'il y a une chose, ce serait la première. Je pense en ce moment à cette émission de deux heures. Quand on y pense, c'est du vrai bonbon un tel laps de temps pour enfin avoir le temps de mettre tous les genres de l'avant.

Venise a dit...

Oui, Suzanne, on met nos espoirs de se sortir des vedettes écrivains. Tant mieux pour eux, plusieurs ont du talent, mais en autant qu'ils ne fassent pas d'ombre à ceux qui, parfois, ont seulement manqué de chance. Le fameux timing !

Avec cette émission, et son huit heures par semaine, je crois que nous avons raison d'y croire à cette diversité hors d'un cercle qui, comme tout cercle, tourne en rond !

Arsenul a dit...

Comme tu le savais, après 7 ans de chroniques, le journal Gaspésien a décidé d'arrêter de parler de livres. Pas vendeur pour la pub. De plus notre nombrilisme gaspésien oblige, on ne parle que d'oeuvre gaspésienne... esprit fermé va! Mais les relationnistes de presse à l'époque en parlaient: Personne n'ose parler de ce sujet tabou: LA LECTURE! Le prof en moi ne pose plus la question: Pourquoi nos jeunes ne lisent pas? Je m'ennuie de m'as tu lu? à Téléquébec où j'ai fait la découverte de Malpertuis conseillé par M. Sénécal... Maintenant, il nous reste internet pour les conseils.

Mylène Lavoie a dit...

Pause Lecture prépare justement des chroniques thématiques pour sa webtélé de cet automne. La première et c'est un scoop (puisque ce sera notre premier épisode sera sur le roman historique (Nouvelle-France). Je suis contente de voir que d'autres trouvent cette idée intéressante parce que c'est ça que nous voulons faire.