jeudi 12 février 2009

La traversée du continent - Michel Tremblay

J’ai terminé depuis quelques jours “La Traversée du continent” en la très bonne compagnie de Michel Tremblay. Je comprends l’engouement stable et durable pour ce prolifique écrivain. Rien de pire d’avoir à se faufiler dans la queue leu-leu des admirateurs d’un écrivain établi. Je pensais que son talent était enflé par sa réputation, et puis non, je suis sincèrement charmée par cette faculté qu’il a d’ouvrir la porte sur notre passé, sur notre enfance.

Il rend avec force détails, sur un fond de couleurs sépia où se détacheraient des lignes nettes, l’air d’aller des années 1913. Sa mère, c’est ma mère aussi, ça rajoute à la résonance, à l’écho des mots qui porte plus loin encore. Je me suis tout de suite sentie en relation intime avec Rhéauna, 10 ans, familièrement appelée Nana, le prénom même de la mère de Michel Tremblay.

Il entre dans le monde de l’enfance comme s’il ne l’avait jamais quitté, c’est là sa grande force à mon avis. J’ai lu un nombre déconcertant de romans où l’auteur désire l’enfant maître de l’univers, et qui m’ont déçu pour ce que l’enfant pense et parle comme un adulte. Assez que l’on doit sans cesse se rappeler à l’âge réel de l’enfant pour se convaincre qu’il en est un. Mais pas avec Rhéauna et, de là, mon attachement très fort à son regard. Il est quand même rare d’entendre un enfant s’exprimer aussi lucidement, et aussi littérairement ! Pour apprécier, c’est le minimum d’accepter de jouer notre jeu de lecteur jusqu’au bout, en croyant que ce soit possible.

En fait, si j’ai un défaut de lectrice ici, c’est de m’être trop attachée à cet enfant forcé de quitter ses grands-parents qui l’ont élevée, ainsi que ses deux jeunes sœurs, ce qui l’oblige à traverser le continent pour aller rejoindre celle qui la réclame à Montréal, sa mère. Comprenez bien que ce n’est pas la mère qui vient chercher l’enfant, c’est l’enfant qui doit se rendre à la mère après environ sept ans d’éloignement, aussi bien dire qu’elle s’en va rejoindre une étrangère qui porte l’étrange nom de « maman ». C’est l’histoire de cette traversée dont la toute première escale est à l’intérieur du cœur de Rhéauna qui doit comprendre en 24 heures pourquoi elle vit des émotions aussi fortes. Des émotions de déchirement aussi grandes, aussi gigantesques, aussi démesurées que ce qu’on vit étant enfant. C’est sublime de justesse !

Ce que je veux dire par trop d'attachement à Rhéauna, c'est que l'auteur est un portraitiste inné et qu’en tant que tel, il aime brosser les tableaux de nombreux personnages, ce qui implique de quitter à plusieurs reprises le regard de Rhéauna pour faire connaissance directement avec les personnes qu’elle rencontre. On fait donc la connaissance des employés de train qui prennent soin d’elle, de ses tantes aussi, et toute la parenté qui la connait mais qu’elle ne connaît pas. De beaux portraits hauts en couleur, et très incarnés, quasiment des caricatures tellement l’auteur se laisse aller à exagérer le trait de caractère. Il s’emporte. C’est ainsi que je l’ai senti, il aime s’emporter dans le trait de caractère, c’est au coeur même de son plaisir de créateur.

Pour Rhéauna, voyez comment j’ai été conquise, je n’y ai vu aucune exagération ! C’était un enfant de 10 ans, droite, sincère, de bonne volonté, aussi réaliste que la photo du photographe professionnel, incluant le regard et le sourire embellis.

Laissez-moi vous dire que l’envie me tenaille fort, depuis que j’ai fermé la couverture sur cette histoire en cours de route, de la continuer avec La traversée de la ville qui est sa suite. J’ai dû abandonner la chère enfant au moment où, après cette traversée de plusieurs jours, elle descend du train et qu’elle aperçoit sa mère.

Vous imaginez ?!

27 commentaires:

helenablue a dit...

Je traverse juste les continents pour te souhaiter un trés bel anniversaire ...

Avec toute mon amitié .
Hélèna

Jules a dit...

Je n'ai jamais lu Michel Tremblay, est-ce que toi tu peux imaginer ça?! :p Je me suis offert les Chroniques du Plateau au dernier salon du livre. Avec un long soupir, il m'a souhaité bonne chance... 20 ans de travail qu'il a dit le monsieur! J'ai presque peur de l'ouvrir...

Suzanne a dit...

Ah quel bel avis et je te suis à 100% dans tes propos comme celui-ci:
je te cite [...]Il entre dans le monde de l’enfance comme s’il ne l’avait jamais quitté, c’est là sa grande force à mon avis[...] C'est un sacré écrivain et ce «talent» n'est pas donné à tous.
Ou encore: [...]si j’ai un défaut de lectrice ici, c’est de m’être trop attachée à cet enfant[...].
Dans ce cas, j'ai un autre défaut moi aussi loll!
C'est un excellent bouquin et, comme toi, je vais faire «mes valises» bientôt et aller rejoindre Réna et les siens en ville!

Suzanne a dit...

Hon sirop j'ai mal orthographié le prénom de notre personnage. Lire Rhéauna à la place de Réna). Merci.

Suzanne a dit...

Ben sirop. Belle Venise, c,est à ton tour de te laisser parler d'amour... Un très bel anniveraire gentille dame.

Venise a dit...

@ helenablue : Merci pour cette traversée instantanée, beaucoup plus instantanée que la traversée de la petite Rhéauna de la Saskatchewan jusqu'au Québec .

Je me souviens que tu m'as demandé une couple de fois des suggestions de lecture, question toujours assez embêtante, et exception faite de Mistral, je ne t'ai jamais référé aucun écrivain, alors Michel Tremblay j'ose. Il est très représentatif du Québec, il dégage une saveur très typique, et maintenant que je te connais un peu mieux, j'ose avancer que tu aimerais.

Merci d'avoir pensé à mon anniversaire, ça me touche !

Venise a dit...

@ Jules : Je vais te confier un secret, en autant que tu me promettes de ne pas ébruiter l'affaire. Promis ? ... Je n'avais jamais lu un roman de Michel Tremblay moi non plus !!! Mais Chut, s'il fallait que ça se sache, je perdrais de ma crédibilité. J'avais lu de ses pièces de théâtre mais aucun roman.
Y paraît que "Les chroniques du plateau", c'est du même acabit que ce que je viens de lire. D'après ce que je sais de toi maintenant, c'est clair comme de l'eau de roche que tu vas aimer. Base réaliste à 100% qui rappelle l'odeur de tarte aux pommes de nos mères, avec des portraits réalistes mais agrémentés du pinceau de l'imaginaire, qui fouille sans gêne dans notre boîte à souvenirs. Il est un condensé d'imaginaire collectif.

J'te dis, j'te dis, Jules, ça presse que tu déballes tes cadeaux, parce que c'en est !

Venise a dit...

@ Suzanne : Toi, tu es déjà vendue et moi, on pourrait dire que j'aurais dû acheter avant ... L'avantage est qu'il me reste plein de lectures ... jusqu'à ce que je devienne une petite vieille à lunettes, à tricot et à chaise berçante ... je me donne 100% pour le cliché. Mais quand c'est notre fête, tout est permis, surtout manquer d'originalité !
Merci pour tes bons voeux !

réjean a dit...

Bonne fête, chère Venise !

Lucie a dit...

De chaleureux souhaits d'anniversaire! De la tendresse, de la magie et des livres!

Pour Tremblay, j'aime mieux ces récits comme la série de Le coeur à découvert ou même certains souvenirs d'enfance... Sinon, en tant que dramaturge, il reste d'une puissance étonnante!

Venise a dit...

@ Lucie : "La traversée du continent", ce sont justement ses souvenirs d'enfance, l'enfance de sa mère. Mais l'enfance de notre mère, n'est-ce pas près de nous ?

Je te conseille ce roman, il va te capturer le coeur. Je te le prête, tiens. Avec plaisir. Du coup, je te remettrais les 3 que tu m'as prêtés.

Beo a dit...

J'ai commencé très tardivement à lire Tremblay. Je crois que mon préféré entre tous est Bonbons assortis, précisément parce qu'il raconte une partie de son enfance.

Sinon, pratiquement tous ses romans nous transportent dans son univers qui est tellement proche du nôtre à mon avis.

Je vais tenter de commander dès ce soir La traversée du continent :)

C'est un beau cadeau que tu nous fais-là chère Venise et pourtant c'est ton anniversaire et non le nôtre!

Mirianne a dit...

Mon auteur chouchou! Il est bien ce livre!

helenablue a dit...

Ok ! Va pour Tremblay , je te suis ...
Et je me lance !


Plus que temps que je vienne faire un tour par chez vous ...
Oh ! Ai pu voir " la minute " , de la joute , des nouvelles de la VHS ?
Suis toute en attente !

Pardonne moi , Venise , de m'étendre ainsi dans ton espace chaleureux , c'est pourquoi ...
Il y a une sorte d'énergie et de sincérité propre à votre état d'esprit qui me touche , tu n'as pas idée ..

Je suis oxygénée par votre façon d'appréhender la vie , le langage , et la littérature ...

Merci à vous , et à toi en particulier ...

La traversée du continent , toute traversée est riche d'enseignement .

Merci ...

Michèle a dit...

Bon anniversaire Venise ! J'ai adoré "La traversée du continent". Pourtant, j'aime inégalement Michel Tremblay. Je l'ai souvent lu... un peu obligée.

Mais celui-ci m'a envoutée. Je me suis attachée aussi à cette enfant, mais aussi aux personnages qu'elle rencontre sur sa route.

Phil a dit...

Michel Tremblay me tente mais je ne sais pas par quoi commencer...

Karine :) a dit...

Parce que c'est ton anniversaire?? Bon anniversaire, madame! Quant à Tremblay, c'est certain que je finirai par lire ce livre!

Epicure a dit...

Ah, Michel Tremblay! C'est presque un privilège de ne l'avoir jamais lu car ça veut dire qu'il reste plein de bons moments de lecture à découvrir en sa compagnie.

Comme le mentionne Lucie, les récits plus personnels sont délicieux (Douze coups de théâtre, Un ange cornu avec des ailes de tôle) mais les Chroniques du Plateau avec la grosse femme (la Rhéauna de La Traversée du continent!) en tête, c'est du bonbon! Pour une lectrice de romans québécois, c'est plus qu'un must!

@ Jules : Qu'attends-tu??? ;-)

helenablue a dit...

Hum , les encodages gaulois seraient donc si archaïques qu'ils ne peuvent s'adapter aux québécois !

En attendant , moi je regarde en boucle une malheureuse minute !!
Ayez pitié !!


Bon , je commence par lequel de Michel Tremblay ?

Venise a dit...

@ Mistral : Avant de recevoir ton commentaire, je m'apprêtais à éclaircir avec helenablue (ayant peur d'un malentendu) que lorsque j'ai compris qu'il y avait de meilleures solutions que la pire, le VHS, j'ai laissé tombé l'enregistrement.

helenablue a dit...
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Venise a dit...

@ helenablue : Quand je t'ai lu hier au sujet de la copie du VHS, j'ai eu peur d'un malentendu. D'après ce que j'en avais compris, il y avait une bien meilleure solution pour que tu poses enfin tes yeux sur cet enregistrement.
En lisant le commentaire de Mistral, ma frousse s'est apaisée : je n'ai pas fait la bévue de l'année de ne pas te l'enregistrer. Ouf ...

Mistral a dit...

Tu commences par «La belle-soeur qui perlait bien».

Venise a dit...

@ helenablue : ça a l'air fou mais pendant que j'écrivais ici, je n'étais pas à mon poste pour recevoir ton commentaire, alors décalage, décalage, quant tu nous tiens par la peau des minutes !

Si tu te fis à moi, je ne peux que dire "La traversée des continents". Je ne peux pas te référer une série ou un roman que je n'ai pas lu. Mais si tu veux te fier à des spécialistes "Michel Tremblay" , de ceux qui l'ont pour ainsi dire tout lu, c'est évidemment bien libre à toi !

Beo a dit...

Je trouve ça un peu fort de faire commencer Helenablue par les Chroniques du Plateau car même moi j'ai eu un peu de mal à la longue de tous ces petits détails du Plateau justement ;)

Depuis que j'ai lu Bonbons assortis, c'est celui que je conseille aux européens pour faire connaissance avec Tremblay. Ce n'est que mon avis et je le partage :)

Sinon j'ai commandé La traversée du continent hier... version de luxe j'imagine: $40.

Suzanne a dit...

Helenablue, si tu me permets: comme premier livre de cet excellent écrivain je te propose Un ange cornu avec des ailes de tôles pour te donner une très bonne idée d’où Tremblay tient son amour des mots et son goût à l'écrit. Un bijou, tu peux me croire. Puis tu peux poursuivre avec Bonbons assortis. Il y a bien Les Belles-soeurs mais c'est une pièce de théâtre et le joual est omniprésent. Si tu n’es pas habitué à cette parlure «aux deux mots», je te conseille d’attendre un peu. Puis il y a le très drôle C'est à ton tour Laura Cadieux et par la suite là tu pourras un jour lire les in-con-tour-na-bles Chroniques du Plateau Mont-Royal. (Il est en plusieurs tomes ou en un pavé de plus de 1,000 pages).
Bonnes lectures.

helenablue a dit...

Merci Suzanne , je suis sensible à tes conseils ...
Amitiés
hélèna