lundi 14 mai 2007

La Fabrication de l'aube

Ce récit, un coup de poing au coeur donné par Jean-François Beauchemin. J'ai reçu cette confidence le souffle coupé, comme lorsque l'on reçoit un coup subit en pleine poitrine. Impossible de lire l'histoire de ce ressuscité sans frémir devant la grandeur de sa vision et de ses questions.

Attention, ce livre est à marquer du sceau « unique » pour ses propos intimes et vrais. Une réflexion saturée d'amour simple, suite à une mort manquée. Une déclaration d'amour aux proches, chantée sous tous les octaves avec la conviction mesurée que sans eux, il serait un homme mort.

Hébété d'être encore vivant, le personnage c’est à dire Beauchemin lui-même, s'interroge sur le sens de la vie. La tête tantôt levée vers le ciel, tantôt baissée vers la terre, son regard englobe tout avec ouverture. Il retourne les questions dans tous les sens et en trouve un : la re-connaissance. C'est un face à face avec un auteur talentueux qui n'a pas eu à aller puiser à même l'inspiration puisqu'elle est venue à lui, après l’avoir expédié aux enfers de la douleur. Cette douleur qui l'a séquestré, presque momifié, durant six mois.

Il serait gênant d'évaluer le style ou la structure du récit, le geste revenant à accorder une note sur une confidence offerte généreusement par un humain pris en flagrant délit de vulnérabilité. Aussi, le bonheur est que c'est si bien écrit ! Les mots nous soulèvent, nous entraînent jusqu’à ce que notre oeil se noie à force de regarder ses propres assises secouées. Sans jamais, au grand jamais de lavement par la vague de l'apitoiement, plutôt une invitation à lire naturellement comme si, pour parler d'une renaissance et d’une reconnaissance, ce langage d’une poésie épurée s'imposait.

Beaucoup de talent et de générosité de la part de Jean-François Beauchemin , c'est pas mêlant, il nous a fait le cadeau de sa vie !


Aucun commentaire: