dimanche 23 décembre 2007

En ligne droite vers du joyeux

J'ai réalisé tout à coup qu'il est grand temps que je remplace par un autre le titre « l'en-tête » de mes billets, puisque l'on y trouve le mot « triste ». L'émotion « tristesse » n'est pas très populaire au moment même où je vous parle. On tend vers le « joyeux » autant que possible. En tout cas, on fait beaucoup d'efforts pour ça. On est si occupé que pendant quelques jours, on arrive à mettre de côté ce qu'il peut y avoir de lamentablement triste, piteusement triste ou même, tristounet.

J'arrête tout de suite mon plaidoyer pour la tristesse qui son droit d'exister le reste de l'année, et je vous entretiens plus justement du Temps des fêtes. Ce qui me frappe le plus ces jours-ci, et particulièrement parce que je termine de réviser mon agenda « festivité » est le manque de temps dans le Temps des Fêtes. Je veux pourtant lire à satiété moi ! Avec la commande livre cadeaux que j'ai osée, je suis en droit de réclamer du temps au Temps des fêtes. Premièrement, il me reste à peine une cinquantaine de pages aux Accoucheuses, « La fierté » et "La Révolte" s'en vient (deuxième tome). Et puis, Marc et moi, lisons à tâtons, Un petit pas pour l'homme de Stéphane Dompierre. Un livre de réflexions comiques sur l'état d'homme fraîchement célibataire serait pour le moment une manière de résumer le tout. Nous ne raffolons pas, ni ne détestons, un de ces livres qui nous laisse un peu neutre, il en faut, sinon on exploserait d'émotions et ce n'est pas indiqué, surtout avant de faire bombance.

Comme à mon habitude, j'ai fureté mes blogues favoris ce matin, et réalisé que bien du monde sont dans les magasins. C'est ma déduction et j'y crois encore plus depuis que j'ai entendu aux nouvelles que 1,000 $ est dépensé en moyenne par tête d'habitant. Je ne sais pas vous, mais je ne fais même pas partie de la moyenne des gens. Et en quelque part, ça me fait plaisir ! Car sinon, j'en aurai pour quelques mois à payer mes dettes et de l'argent occupé à payer des dettes, cela ne se dépense plus en achat de livres. J'ai le souci de répartir le chiffre d'affaires des librairies, que leurs tenanciers ne soient pas tentés, derrière leur comptoir déserté, de fermer boutique pour aller se chauffer la couenne sous le soleil des Tropiques ! Évidemment, je ne vais pas jusque là dans mes intentions, elles sont plus égoïstes que ça, dans le fond. En surface, on se trouve mille raisons pour excuser un « fond » ...

Ne vous méprenez pas, je ne suis pas morose, seulement un peu fatiguée. Deux partys consécutifs, ne m'ont laissé aucune minute pour lire dans un bain. Je m'ennuie déjà de mes compagnons silencieux, mes livres. D'ailleurs, j'en profite pour vous en souhaiter tout plein sous l'arbre ! Je ne décline pas mes voeux tout d'un coup, je ferai durer le plaisir.

2 commentaires:

Mandragore a dit...

Bonjour Venise!

Je veux te remercier de venir me visiter sur mon encore modeste blogue. Je veux aussi te remercier pour tes commentaires si pertinents (euh, sur le tien). Et finalement te souhaiter un très Joyyyyyyyeeeeuuxx
Noël! ;)

S@hée a dit...

J'ai eu la même réaction à la lecture du livre de Dompierre, que tout le monde a encensé.

De très joyeuses fêtes à vous, chère complice de lecture :-)